DOSSIER    L'art du remorquage

© Documentation Voile 2018 | Théo Devigne

LE REMORQUAGE

Cas d’un voilier de croisière

Réglementation L’assistance aux personnes et gratuite et obligatoire en revanche ce n’est pas le cas des biens. La SNSM facture les remorquages entre 300 et 700€ par heure. Dans le cas où vous lancer votre remorque et quelle est accepté aucune contrepartie ne pourras être demandé. En revanche si vous demandez un remorquage et que vous acceptez la remorque, le remorqueur peut exiger jusqu’à 60% de la valeur du bateau et des biens qui s’y trouvent. Utiliser des aussières pour faire votre remorque, des drisses ou écoutes n’ont pas l’élasticité nécessaire et casseront plus facilement.

 

Remorquage d’appoint / panne de moteur et pas de vent par mer calme : L’annexe (avec moteur hors-bord).

Mettre l’annexe le plus à l’arrière possible, synchroniser les actions du barreur du voilier et celui de l’annexe. Attention, il ne faut pas compter sur la marche arrière, il vaudra mieux détacher l’annexe et pousser le bateau pour ajuster la trajectoire finale. Il est inutile de tirer le navire avec l’annexe : inefficace !

Remorquage en eau calme :

Il est important de mettre une ancre flottante à l’arrière du navire remorqué ou des trainards pour le stabiliser. Mettre un faux bras en polypropylène flottant qui est plus long pour changer rapidement la remorque en cas de rupture de la première. Il ne faut pas tendre la ligne de mouillage brusquement : la mettre sous tension puis commencer à accélérer, bloquer le safran dans l’axe ou suivre le remorquer pour éviter les tensions de la remorque dû aux embardées, mettre les poids à l’arrière et ne pas rester proche de la remorque : Attention à la rupture !!

Ne pas hésiter à mettre de nombreux pare-battage à différentes hauteurs pour protéger les navires. Attention aux barres de flèches durant l’approche, le faire à faible vitesse et mettre rapidement une garde. Mettre l’hélice du remorqueur en arrière pour rendre l’ensemble manœuvrable.

Ne pas oublier qu’il faut pouvoir larguer la remorque n’importe quand, les deux barreurs doivent se s’introniser pour assurer une cohérence de la manœuvre. A ne faire que sur eau calme. Les gardes et traversières doivent être raide.

Remorquage en eau ouverte :

Ne faire une remorque double patte d’oie et aussière que pour un remorquage de courte distance. En cas de longue distance, préférez un ceinturage du voilier pour répartir les efforts !  Si le mat est posé sur le pont, ne pas fixer la remorque autour du mât. Ne pas oublier qu’une remorque doit pouvoir être larguée à tout moment.

Le remorqueur doit passer au vent et dépasser le remorqueur, au moment où ils sont au même niveau, envoyer la remorque. Si le remorqué envoie la remorque le remorqueur doit passer sous le vent. La remorque doit pouvoir encaisser le chocs et à-coup causé par le remorquage, elle doit minimum faire 50 m pour être immergée et servir d’amortisseur.

Un commentaire, une remarque, vous avez repéré une erreur ? n'hésitez pas à nous contacter pour nous la signaler. DOCUMENTATION VOILE recherche des rédacteurs, des correcteurs, des graphistes pour continuer à développer le site, si vous voulez participer ou nous soumettre des articles à publier : contactez nous à documentationvoile@gmail.com

ATTENTION ! Les articles et autres documents sur le site sont protégés par des droits d'auteurs. Seule la reproduction, l'impression et la diffusion sont autorisées dans le cadre d'une école de voile par un moniteur FFV. 

© Tous droits réservés copyright DOCUMENTATION VOILE 2015-2018 

SITE OPTIMISE POUR GOOGLE CHROME ET MICROSOFT EDGE

PROBLÈMES D'AFFICHAGE POSSIBLE  AVEC FIREFOX